Le sport et moi : Avis et Parcours Perso

Une nouvelle catégorie d’articles, orientés sport, car c’est l’un de mes essentiels au quotidien depuis toute petite.

ntc

Le Sport : équilibre et bien-être

Je pense que le corps humain est fondamentalement fait pour le mouvement. Bouger, c’est vivre. Et pour être en bonne santé, tant physiquement que psychologiquement, le sport est indispensable.

Que ce soit de la marche, du Pilates, du ping-pong, du Yoga, de la course à pied ou du lancer de poids, peu importe, l’important est de trouver ce qui vous plaît et vous fait du bien.

Bien sûr, toute activité physique n’est pas recommandable pour n’importe qui. Il faut aussi apprendre à concilier envie et possibilité réelle. Nous n’avons ni le même état de santé, ni la même ossature, ni la même résistance à l’effort, ni tout simplement les mêmes goûts. De plus, avant de pratiquer un sport, il convient d’avoir l’accord d’un médecin. Bon nombre de personnes se lancent dans la pratique sportive pour de mauvaises raisons, et en font mauvais usage. Par delà les risques pour le corps, rappelons que l’addiction à l’activité physique et le sur entraînement ne sont pas rares.

motivation-sport

A noter, comme j’en avais déjà parlé, l’hyperactivité physique n’est pas à prendre à la légère. C’est un réel handicap mental et physique, mais c’est un cercle vicieux qu’il convient de briser. Le comble, c’est qu’un corps en insuffisance nutritionnelle (maigreur ou poids normal avec trop peu d’apports) va produire des hormones de stress, la cortisone, donnant l’illusion d’avoir encore plus d’énergie à revendre. La seule chose à faire est donc d’inverser au plus vite ce genre de situation, d’abord en retrouvant une santé équilibrée avant de pouvoir faire « ce que l’on veut ».

Mon parcours

J’ai démarré le sport comme tous les enfants je crois, d’abord via l’école primaire, les ball-trap et les sauts en longueur, les barbotages dans la piscine (parce que j’avais très peur de l’eau), et les jeux collectifs. J’ai toujours été plutôt craintive et prudente, donc les gros ballons qu’on se prend dans la tronche, NO WAY.

A 7 ans, je me lance dans le patinage. C’était chouette, plutôt axé découverte (et trouver son équilibre sur la glace), le spectacle de fin d’année, les lumières et la musique. De l’amusement et peu de gamelles (bien trop prudente la fille !).

Entre 8 et 15 ans, c’est gymnastique artistique ! Les barres asymétriques, c’est ma hantise, parce que j’ai le vertige (une catastrophe la fille, je vous dis !), et la poutre, pareil, c’est un peu haut 1,30m pour faire des sauts périlleux dessus. Mais je progresse bien plus vite en saut et au sol, rien ne vaut la terre ferme. Au programme, des compétitions, 8h de gym par semaine, une souplesse qui finit par venir, et puis le moyen de se faire des copines en justaucorps.motivation-sport-3

Je n’étais quand même pas la plus douée, il faut le dire. J’étais moins fine que les autres filles, surtout à partir de l’âge de 13 ans. Elles étaient déjà bien formées, et j’avais encore l’air d’un bébé. Je commençais à être complexée, aussi.

Ensuite, une année de « natation », seulement une fois par semaine, avec ma meilleure amie de l’époque. En vrai, je crois que nous avons passé plus de temps à rigoler dans les vestiaires (à manger des chocolatines) qu’à faire des longueurs. Quand on était dans l’eau, c’était à qui repérait les garçons les plus mignons, et à qui arriverait à entourlouper les entraîneurs.

[   A ce stade, oui, je perds toute crédibilité sportive et j’assume ! 😉  ]

Ensuite, toujours avec ma meilleure amie, on se lance dans le Volley-ball ! Quatre années en tout, et j’ai adoré ! L’esprit d’équipe, le fait qu’il ne fallait pas courir en long et en large d’un terrain (ahah, oui, je déteste ça, les sports de ballons où tu te tapes les allers-retours en continu).

Au niveau régional, et après 2 ans de pratique, ça devient intéressant, car les techniques sont là, et on s’entraîne en moyenne deux fois par semaine. Je suis au poste d’attaquante, surprenant vu ma taille (1,63m au compteur à ce jour).motivation-sport-2

Et puis l’anorexie passe par là, insidieusement je perds du poids. Je ne fais pas spécialement plus de sport, contrairement à d’autres personnes souffrant de TCA, mais je mange moins.

17 ans, je pars du lycée le bac en poche et quinze kilos en moins, je coupe le contact, et pars étudier à Toulouse, où je m’inscris à un cours de Yoga une fois par semaine. Un vieux yogi, des postures immobiles et quelques respirations, rien de folichon, carrément chiant, mais à l’époque ça me va. Je démarre aussi le Pilates avec une amie de mes parents, une fois par semaine. Ayant été danseuse étoile, elle s’est formée pour être professeur de Pilates. 48 ans, 3 enfants, et un corps de dingue, merci le Pilates (ou comment avoir un corps équilibré, harmonieux, fin mais très musclé).

L’année suivante, je n’ai pas le temps, je fais les trajets campagne – Toulouse chaque jour pour aller en cours, et les études de droit prennent du temps. Parfois en fin de journée je vais nager 1h. Cependant je continue le Pilates, seule chez moi un peu chaque jour et avoir Corinne une fois par semaine.

19 ans : je vis seule, je m’inscris dans une salle de fitness, où des cours de renforcement sont proposés, ainsi que du pilates, de la zumba et du step. C’est petit, réservé aux femmes, c’est super, je m’éclate (mais l’hyperactivité est clairement là). A côté, je me mets au Yoga Vinyasa, bien plus dynamique. Je me rends régulièrement à des ateliers et des cours de Carine, du blog Yogaventure. Je pars d’ailleurs trois jours à Aix lors d’une retraite qu’elle avait organisé, et c’était le BONHEUR. Le 21 juin 2015, je célèbre la journée internationale du Yoga à Toulouse, en plein soleil, avec une centaine d’autres Yogis. Je

quote-sport

réalise les 108 salutations au soleil d’affilée, sans pause, en 1h15. Bien plus physique qu’on ne le croit !

Septembre 2015 : je grimpe à Paris, je n’ai pas les moyens et l’énergie de m’inscrire en salle, mais je continue le renforcement, le fitness, Pilates et le Yoga chez moi.

Décembre, hospitalisée, plus de sport, repos. Je continue le Yoga chaque matin au réveil, avant le défilé des médicaments, des plateaux et des prises de sang. Et du stretching le soir. Un équilibre dont j’ai besoin. Mentalement, pour m’ancrer et avancer. Continuer de me battre aussi.

Mars 2016, je retourne à Paris, quelques kilos de plus et surtout VIVANTE. Je sais que j’ai échappé à la mort. Pendant mon stage, je me mets à la course à pied, une fois par semaine. J’aime bien mais ça n’est pas non plus une passion. Je continue le fitness à ma sauce, avec du Yoga et du Pilates.

2016_12_18_07-43-48
Les entrainements NTC au réveil qui donnent la patate …

Été 2016, je m’inscris en salle de sport, je ne vais presque jamais au cours, préférant faire mes séances moi même (cardio ou renforcement). J’ai cependant adoré le cours de Body Combat et Cxworks. J’ai bien envie de tester le Body Balance, et j’ai détesté le le Body Pump. Quant au Body Attack, c’était sympa, mais tout de même violent pour ma part.

Et vous, le sport ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s